La crise financière de 2010 fragilise la Grèce, maintient sous tutelle, menace, nie l’humain et impose comme évidence que l’économie fait société. Procrastinate pense le punk comme moyen et possibilité d’être autonome et émancipé, en dehors de tout principe financier. | Par Germain

Procrastinate est un groupe de Kardítsa, Thessalie, région oubliée de nord de la Grèce. Le crew a débuté avec une idée en tête : consolider les liens entre les différents réseaux anti-autoritaires grecs, faire des passerelles entre héritage politique et son incarnation au quotidien. Révéler par le punk cette étincelle, ce condensé extrême de vie, de conscience et de folie. Être impliqué, développer et consolider la « scène locale », plus qu’un slogan, car les fondations d’une bâtisse idéologique ou physique permettent la construction stable, efficace et durable d’une scène, d’un mouvement.

Punk = esprit d’émancipation. Punk = abolition de toute hégémonie.

Procrastinate, c’est un mélange de crust punk entre mélo et épique. Mais quand ça déboule à 2000 à l’heure il vaut mieux être dans le train que sur les rails, c’est une alternance entre calme précaire et giboulée de décibels. Un conseil, quand l’orage gronde, quand l’obscurité échappe au méta monde, cours te protéger, cours te réfugier. Où ?

Cabane ou caverne ? Cabale ou cavale ?

Procrastinate, c’est l’équilibre. Entre la symbolique de la caverne que tu ne choisis pas, dont tu découvres les contours, une poche naturelle, maternelle, c’est un peu une mystique qui te protège, te rassure, mets à distance l’autre. Crust.

Et la cabane, œuvre que tu maîtrises, dont tu dessines et décides les contours. C’est mathématique, rationnel, c’est un défi aux dieux, aux esprits, à la pensée magique.

Crois en toi. Emo.

Les textes en grecs ou en anglais souvent désabusés, stylisés entre poétique et politique puisent dans les expériences personnelles…

This world is just like a pond.
We’re its reflection, the wind and the distorted idol.
We bathed in correctness, but the stench remains.
The Dark Age is revived, the witch hunts are real.
We bathed in correctness, but the stench remains…

Ce monde est comme un étang.
Nous sommes son reflet, le vent et l’idole déformée.
Nous nous sommes baignés dans la pureté, mais la puanteur demeure.
L’âge noir est ressuscité, la chasse aux sorcières est réelle.
Nous nous sommes baignés dans la vérité, mais la puanteur demeure…

Après 2 EP, un LP confidentiel en autoprod, ils viennent de sortir un split LP (Alerta Antifascista Rds) avec Myteri un groupe emocrust volcanique de suède. Et de nouveau une collaboration pour la pochette avec Alex CF (Fall of Efrafa, Morrow…). Indéniablement, le groupe est en mutation, l’aspect de bloc frontal, d’unité, de cohérence crust mélo emphatique est renforcé par des livrets splendides, sobres. Cet univers graphique très spécifique, onirique, très animal et floral.

Une nouvelle étape de franchie, pour plus de confort ou de nouveaux défis ?

Si toi aussi tu n’as rien compris à cette chronique, vas vite écouter : Lethe, Conspiracy of Denials, Kataxnia