AEON / LP I
S/T (2018)

Originaire de Crète, la jeune rappeuse Aeon impressionne par sa maturité musicale, la qualité de sa narration et sa capacité à façonner un univers unique en son genre à à peine 19 ans. Avec ce premier LP, elle pose les bases d’une esthétique partagée entre hip-hop nineties et musiques traditionnelles grecques. | Par Polka B & Alkistis A.

En réalité, Aeon a imaginé et réalisé cet album à la fin de l’année 2017. Elle n’avait que 17 ans.

Comment disposer d’une telle maturité musicale à un si jeune âge ? Pour comprendre ce talent si précoce, il faut encore remonter le temps.

À ses 9 ans, elle a commencé à jouer de la lyre. Sa mère était une grande musicienne, connue en Grèce pour ses prestations à la guitare classique. Plutôt intéressée par le chaos de la musique traditionnelle, Aeon trouvait déjà une certaine magie dans les musiques issues de différentes cultures. Ce goût pour les choses riches, abstraites et versatiles, elle l’a inscrit dans son propre nom (en latin, l’ « Aeon » est une forme à l’aspect indéfini). Le hip-hop est entré dans sa vie avec des amis de son village. Dans les parcs et les places publiques. Elle n’écoutait pas encore de rap, plutôt les disques de punk de sa sœur. Le groupe Stixoima l’a beaucoup influencé. Le disque Μηχανές mêlait chansons rock et paroles politiques sous la forme d’une histoire à raconter. Pour elle, cette technique de narration permet de délivrer son message de la façon la plus efficace possible. Alors, à ses 14 ans, quand elle a découvert ces innombrables beats hip-hop disponibles sur internet, elle a voulu s’en servir pour écrire. Parler. Dire quelque chose. Ce besoin viscéral d’expression, cette spontanéité, c’est l’essence de ce premier album.

Elle y partage ses pensées sur la société, les hommes, et l’amour de manière poétique mais radicale. Dans ses textes, elle crée des images métaphoriques et révolutionnaires à travers des jeux tels que les échecs, le pendu, le tangram ou la toupie. Dans l’excellent morceau « E1 », la position du roi blanc mat aux échecs- est associée aux forces oppressives de la police grecque. Dans ces cases en noir et blanc, les hommes deviennent des pions dans le jeu de la société. Les mots et les formes indéfinies n’ont pas leur place dans les normes. Sur la cinquième piste du disque (« Αίνιγμα », pour « énigme »), Aeon nous emmène au large, à bord d’un bateau parti pour une croisière de rêve malgré le mauvais temps. Une virée mélancolique sur un sample du groupe Χαΐνηδες (les « Chainides »), ensemble de musique folklorique reprenant des airs traditionnels crétois. Le nom du groupe vient du mot « Chainis », qui signifie « le rebelle fugitif ».

Signe que l’univers d’Aeon est encore en construction : toutes les instrus de cet album sont des face B empruntées à d’autres artistes. Sur son prochain album, la rappeuse devrait bientôt développer ses propres productions. Maintenant installée en Bulgarie, elle apprend de nouveaux rythmes et compose ses propres mélodies avec sa lyre. Affaire à suivre de très près !

Suivez son actualité sur sa chaîne Youtube.