SHAIHULUD (coutoentrelesdents)

Réguliers, bosseurs et particulièrement motivés, les membres du crew coutoentrelesdents (CED) sévissent dans le rap underground et militant depuis plus de 10 ans ! En tant qu’activistes du DIY, leur productivité ne s’arrête pas à la musique et c’est aussi ce qui nous a intéressé.

On a rencontré un des piliers du collectif, le dénommé Shaihulud : rappeur, beatmaker, clippeur, et bidouilleur de logiciel cracké en tout genre… | Par Polka B.

🏴‍☠ ici et maintenant 🌐 tout est commun 🏴‍☠

Quel est ton premier contact avec le militantisme ? 

Je me suis politisé progressivement durant l’adolescence, vers les années 2000, en découvrant les différentes scènes musicales issues des contre-cultures. D’abord le reggae, puis le punk, sans avoir trop à chercher non plus, dans la mesure où ces musiques et leurs identités sociales étaient vendues et diffusées par l’industrie du divertissement dans des versions plus ou moins dépolitisées. Mais j’étais assez curieux pour découvrir les idées et pratiques issues des luttes sociales qui imprégnaient ces mouvements musicaux. 

Est-ce que tu liais tes idées et convictions à la musique que tu écoutais, déjà à l’époque ?

Ça s’est fait progressivement. Je pense que j’ai tout de suite été sensible à des énergies et des discours qui cherchaient à dénoncer les injustices et à transformer l’existant ici et maintenant. Et puis la musique s’arrêtait pas aux ondes sonores mais s’étendait dans les journaux, les clips, les fanzines, donc je la recevais aussi dans sa dimension sociale.

Ce que je ne comprenais pas dans la musique, je finissais par le lire dans des chroniques et des interviews. C’est une interview de Marley qui m’a orienté vers le punk par exemple, il disait que punks et rastas se ressemblaient. 

Quels sont tes groupes de prédilection ? Qu’est-ce-que tu aimais chez ces artistes  ? 

Les scènes musicales issues des contre-cultures sont intimement liées, et au final l’ensemble forme une histoire sonore et social où tout se répond. Punk, reggae, rap, electro, techno, métal, rock et leurs multitudes de sous genres, synthèses et expérimentations m’intéressent parce qu’ils s’inscrivent dans des formes de contestation, ou de récupération de ces contestations durant le vingtième siècle.

Je trouve qu’il y a des choses fascinantes et inspirantes dans tout ces styles et dans leur croisement.

Mais au delà des questions esthétiques c’est les questions de productions et de diffusions qui m’intéressent et les scènes/groupes/individu.e.s qui refusent de reproduire le règne de l’exploitation et de la marchandise dans la musique comme dans nos vies en s’organisant de manière émancipatrice. J’ai été assez marqué de ce point de vue par la scène anarchopunk et le screamo, par exemple un groupe comme belle époque qui appliquait la logique DIY. 

Quels étaient tes lieux emblématiques pour la culture alternative à l’époque sur Paris ?

L’un de mes premiers concerts dans un lieu marquant, c’était Amanda Woodward à Alternation, un squat près de Nation. J’étais minot. Des années après il y a plusieurs autres squats où il y avait plus ou moins régulièrement des soirées de soutien qui m’ont laissé de chouettes souvenirs. Le Bourdon à bastille, le Transfo à Montreuil, le Dilengo à Ivry… des squats autonomes en lutte et en lien avec les luttes sociales. 

Comment forges-tu tes idées politiques et militantes ? Comment en arrives-tu au rap ?

Dans les concerts punks, il y avait un gars qui ramenait un infokiosque.

Je lisais déjà pas mal mais ça m’a ouvert une porte sur l’autonomie des luttes et les pratiques et pensées libertaires.

Je pense que j’ai toujours écouté du rap.

C’était dur d’y échapper, même en s’enfermant dans une scène.

Au final ça m’a paru être le meilleur moyen de faire de l’anarcho punk, tu peux t’exprimer musicalement avec ta seule voix sans avoir fait le conservatoire, mais c’est aussi technologique.

Le home studio jouait un rôle similaire à celui de la guitare électrique dans l’explosion du punk, sauf qu’il permet de pousser jusqu’au bout la logique DIY de la production d’une chanson enregistrée. Les techniques de détournement initié par les situs se retrouvent dans le beat making comme dans le punk, c’est pas un hasard s’il existe un disque de scratch de Malcolm McLaren

Comment est né le projet « coutoentrelesdents » ? Pourquoi ce nom ? (et pourquoi « Shaihulud » d’ailleurs?) Peux-tu décrire l’identité de votre collectif ? Son état d’esprit et ses objectifs ?

La première pierre à été lancée il y a une dizaine d’années, via une mixtape qu’on a fait à plusieurs dans un appartement squatté rue de l’Odéon à Paris. Que des face b, des enregistrements/mix approximatifs et des textes de totos! L’expression « couteau entre les dents » renvoie à la piraterie mais aussi aux communistes qui se faisaient caricaturer ainsi par la droite.

Shaihulud c’est en rapport avec Dune de Herbert, un roman de sf, mais aussi un clin d’œil à un groupe  de hardcore américain. On a jamais été un collectif. Coutoentrelesdents se définissant plus par ce qui a été fait ou mis en ligne, c’est à dire le blog, une revue de presse, un infokiosque, de l’affichage et des stickers, des concerts de soutien qu’on a organisé ou auxquels on participe avec le rap, des événements de partage de savoir, de la musique, des vidéos et des textes. Toujours dans une perspective de luttes contre toutes formes d’oppressions. Un des fils conducteurs a toujours été de partager des savoirs et des pratiques émancipatrices sans dogmatisme ni orthodoxie, mais lié à l’autonomie des luttes. 

Comment Coutoentrelesdents est devenu un blog ? Pourquoi avoir voulu parler des autres ?



On a essayé de diffuser auprès de sites déjà existants notre mixtape, et comme personne n’a répondu on s’est dit qu’on allait le faire nous-mêmes.

Le blog est apparu comme un espace qui pouvait accueillir beaucoup plus que la musique et permettre de refléter l’autonomie des luttes et ses tendances, en partageant des infos, des textes, des événements, des liens… 


Vous n’êtes pas du tout ce délire « l’underground pour l’underground ». Les sons mainstream semblent même vous inspirer énormément. Tu aimes beaucoup un rappeur comme JUL, peux-tu expliquer pourquoi ?

Pour moi, l’underground ne ramène pas des sonorités spécifiques.  Je le vois plutôt comme une manière de faire à contre courant des normes.  Figer des musiques expérimentales dans des formes codifiées, c’est une dérive réactionnaire qui caractérise le passage de l’expérimentation sonore et sociale à la « scène » et ses injonctions, ses normes.

On peut observer le phénomène dans à peu près toutes les contre-cultures musicales du 20ème siècle. Et puis le son « mainstream » se renouvelle en permanence en intégrant les expérimentations reléguées dans l »underground ». Regarde la trap. L’utilisation des Charley et des 808 s’est répandue partout jusque dans les autres styles, alors qu’à la base c’est une musique avec des thèmes et paroles difficilement commercialisables.

Au 20ème, l’art a constamment fait des va-et-vient entre des espaces de productions contestataires et une industrie en mal de contenu novateur.

Le son des « puristes » de rap n’a rien d' »underground ». C’est même le son d’une époque où il était commercialisé à tout va, même « industrialisé ». J’aime bien Jul à cause de son approche du rap avec un certain côté DIY, expérimental, et sincère. Typiquement, sa démarche est plus proche de de celle que les « puristes » affectionnent alors que beaucoup le dénigrent. Regarde comme les gens de cette scène critiquent le vocoder, alors même qu’il était utilisé dès les débuts du hip-hop, notamment parce que c’était une musique qui bidouillait avec la technologie contemporaine en allant puiser dans la musique qui l’avait précédée. L’album 13 Organisé se situe dans cette dynamique. 

Comment votre public a réagi quand vous êtes arrivés avec ce style ? Selon toi, certains blocages musicaux propres au milieu politisé tendent à s’estomper ? 

Au départ c’est sur qu’on se sentait un peu seul.e.s. D’abord les milieux politiques anarchistes avaient une dominante punk. Ensuite, les rappeurs étaient en mode puristes et tout ce petit monde s’accordait très bien pour ne pas faire bouger les lignes et tenir sous assistance respiratoire des cadavres de scène bien dépassés par les événements. Tout ça nous emmerdait, et dès le départ on utilisait des beats trap ou electro. On essayait aussi de prendre de la distance avec une écriture qu’on jugeait trop « tract en musique ». On voulait plutôt exprimer et refléter nos vies quotidiennes marquées par le refus et le combat des dominations, parfois par le sarcasme et l’humour. 

Quelles sont vos références musicales ? Personnellement, je les trouve très pointues, et très « américaines ». Cela me fait penser à toute cette période expérimentale du « rap soundcloud » de 2013 à 2015 qui a donné naissance au cloud-rap, ou au mumble-rap (comme ton morceau « Ohdieu »). 

Le rap soundcloud pour moi, c’est un peu la synthèse d’une génération d’ado qui écoutait du punk, du métal, du hardcore et de l’indie plus ou moins emo en même temps que la Three Six Mafia, Lil Wayne… et qui a décidé de sampler les mélos des premiers en y collant les batteries des seconds.

Ça a fait plein de sonorités nouvelles et personnellement ça m’a bien parlé vu que j’avais été influencé par tout ces styles ! D’un point de vue du rap c’est clair que « ohdieu » a été inspiré par le mumble! ! 

Et je pourrais dire pareil pour les productions.
Qui produit chez vous ?
Qu’est ce qui vous à motivé à vous mettre à la page en terme de sonorités ?

Moi je produis, aidé et poussé à l’époque par Unikogree et n2k, qui ont aussi sorti de la musique sur CED.

Perso j’ai toujours aimé l’aspect expérimental et futuriste du hip-hop, donc je cherche toujours à voir comment ça évolue, quelles surprises et nouveautés sortent. 

Pour moi, couto/cafar (en téléchargement libre sur coutoentrelesdents.noblogs.org) est votre meilleur projet. C’est un bel aboutissement en terme de production, de maîtrise de l’autotune, et surtout de mix ! Avez-vous été davantage ambitieux sur ce projet ? 

Couto/cafar, c’est le fruit d’une rencontre entre moi, Puzzmama, Dudu, Seppuku et a2r. Les compos et mix ont été faits par Dudu et moi. Et c’est sur qu’on voulait que ça shine ! Perso je suis autodidacte et j’essaie toujours d’améliorer ma compréhension de la musique et de la MAO.
Cet album a bénéficié du home studio qu’on a fabriqué, traité acoustiquement, et de deux cerveaux et paires d’oreilles, ce qui a permis de pousser les mix et les compos là où on ne serait pas forcément allés seuls ! 

Quels sont vos objectifs pour le futur ? Avez-vous d’autres projets en route ?

Musicalement je dirais que ça ne peut qu’évoluer, ça a toujours été le cas depuis une dizaine d’années ! On a toujours les mêmes perspectives : vivre libre et donc par conséquent lutter pour l’abolition de toutes les oppressions par les moyens les moins contradictoires possibles! coutoentrelesdents n’est que le reflet de cette dynamique, et des multiples rencontres qu’elle occasionne. En tout cas merci beaucoup de m’avoir interviewé, et pour ce que vous réalisez avec Karton Zine ! Je pense que des initiatives comme KZ ou CED devraient se multiplier au maximum !

Petite dédicace à toute celleux qui font ou ont fait exister CED, celleux avec qui j’ai fait un bout de chemin, tototune, momac, uniko, n2k, nad, tanchelijn, hulz, opikanoba, kris, samir, toska, choco, lascie, matia, ratur, sami, victor, clandomc, seppuku, alchemist vertigo, matieu, praxis, myscier blodya, griotte, nellio, MDP, les gentes du malandrin, 400 000, karter, les gentes qui depuis 10 ans nous invitent un peu partout !